• 1
  • 2
  • 3
  • 4

Le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD), René Emmanuel SADI, a reçu en audience le 17 août 2017, le Directeur Général de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités Territoriales du Niger (ANFICT), ainsi que ses collaborateurs.

Pendant leur entretien, le MINATD a présenté de façon sommaire, le processus de décentralisation au Cameroun, notamment le point sur le nombre de compétences transférées dans divers domaines. Il a également souligné l’importance du FEICOM dans son accompagnement en faveur des Collectivités Territoriales Décentralisées et a apprécié l’appui multiforme des partenaires au développement qui contribuent fortement au développement des municipalités. Il a en outre salué l’élaboration de la Stratégie Nationale de la Décentralisation et l’Indice de Développement Local qui donne la situation réelle des Communes Camerounaises.


Muriel Capitoline ELOMO

 

 



Réaction du MINATD à l’issue de l’entretien
« Il était bon que le Niger aille à l’école du FEICOM »
« J’ai eu des entretiens avec nos frères du Niger qui ont en charge la décentralisation dans leur pays et qui sont en visite de travail au Cameroun. Le Directeur Général du FEICOM a pu obtenir pour eux, une audience auprès de moi qui représente la tutelle dans le domaine de la décentralisation. Et il était question que je leur fasse sommairement le point du processus de décentralisation au Cameroun. Les détails, ils les ont partagés avec le Directeur Général du FEICOM d’une part, et le Directeur des Collectivités Territoriales Décentralisées d’autre part. L’essentiel était de leur dire que nous avons opté pour la décentralisation, dans le cadre de notre constitutionnelle car c’est une option constitutionnelle adoptée dans les années 96. Et la mise en œuvre de la décentralisation a commencé en 2010. En 2004, on a eu les premières lois de la décentralisation. Et de 2010 à 2017, 17 départements ministériels ont transféré leurs compétences aux Communes dans des divers domaines. En plus des compétences, nous avons transféré les ressources correspondantes. Evidemment, les Communes estiment que les ressources transférées par les ministères sont insuffisantes. Nous verrons comment faire pour accroître ces ressources en termes de pourcentage raisonnable du PIB à mettre à la disposition du financement de la décentralisation.  J’ai également évoqué les autres canaux de la décentralisation à savoir la fiscalité locale, les impôts directs collectés par les Communes. Mais là aussi, il faut relever que lorsqu’on regarde le tissu social sur l’ensemble du pays, on observe une disparité parmi les Communes. Il en y a qui sont économiquement viables et d’autres qui le sont moins. Evidemment, la fiscalité est tributaire du tissu économique de chaque Commune. Il y a des Communes entièrement tributaires du transfert de l’Etat et d’autres qui génèrent une fiscalité interne qui vient compléter ou qui est complétée par les ressources transférées par l’Etat. D’une manière générale, la plupart de nos Communes doivent dépendre pendant longtemps, des transferts de ressources de l’Etat. L’originalité du Cameroun est d’avoir mis en place le FEICOM qui est la banque des Communes. A ce titre, il collecte, centralise et procède à la redistribution des fonds, des ressources et impôts communaux aux Communes. Le FEICOM le fait selon les mécanismes internes bien pensés, affinés et qui lui valent la réputation qui est aujourd’hui la sienne aux plans national et international. C’est une structure solide et efficace. Toutes ces qualités lui valent la confiance des organismes internationaux tels que l’Union Européenne, la coopération allemande etc. Le FEICOM est sans doute une chance et s’il existe jusqu’aujourd’hui, c’est parce qu’il a fait ses preuves et continue de le faire. Il était bon que le Niger aille à l’école du FEICOM. Il y a également d’autres mécanismes de financement de la décentralisation tels que le PNDP qui apporte sa contribution dans le financement des projets communaux. La coopération décentralisée, la coopération allemande, française entre autres, sont des partenaires qui apportent en outre d’importants financements. Il existe le projet FEICOM-Villes Moyennes soutenu par des fonds allemands significatifs et qui permettent de procéder à un certain nombre de projets de 12 villes moyennes au Cameroun. J’ai dit aux frères nigériens que le processus de décentralisation est en marche. Les avancées observées à ce stade sont louables et il reste beaucoup à faire. C’est la raison pour laquelle, nous avons procédé à l’élaboration d’une Stratégie Nationale de la Décentralisation qui va bientôt être validée au Conseil National de la Décentralisation. Et qui servira de boussole à toutes les Communes sur la manière de conduire la décentralisation et d’objectifs fixés à atteindre. Nous avons en outre évoqué l’Indice du Développement Local qui est un instrument intéressant sur la base d’un certain nombre de Communes du pays pour avoir une physionomie ou une photographie globale de la situation de nos différentes Communes. Ce qui permet de savoir où nous en sommes en ce qui concerne l’accès des populations aux besoins prioritaires au niveau de la santé, de l’éducation, de l’eau, de l’électricité, des transports, etc. Ça permet de savoir le taux d’accès au bien-être de chaque Commune, afin d’apprécier, au fil des ans, ajuster le politique en faveur des financements de la décentralisation. Certaines Communes vont recevoir des ressources plus que d’autres pour qu’on puisse avoir de manière générale, un développement de manière équilibrée de nos Communes sur l’ensemble du pays. C’est cela l’objectif à poursuivre au niveau de la décentralisation. La conclusion est que la décentralisation est une option idoine que l’ensemble des pays africains ont choisie et il y a des préalables à l’instar de la mobilisation des ressources à mettre à la disposition des Communes. Celles-ci doivent aussi être dotées des capacités en personnel qui les aideront à un développement endogène pour qu’elles soient de véritables artisans du développement. Je pense que la délégation nigérienne est rentrée satisfaite. »

 


Propos recueillis par Muriel Capitoline ELOMO


Prix National FEICOM

Actualités FEICOM

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Dans nos Communes

Nos réalisations

KOUTABA.jpgBINDINBA.jpgNGUIBASSAL.jpgBUEA.jpgCENTRE TOURISTIQUE DE YOKO.pngMAROUA.jpgLEMBE YEZOUM.jpgBELO.jpgPENJA2.jpgMESSAMENA.jpgREY BOUBA.jpgBIKOK.jpgKRIBI.jpgGAROUA BOULAI.jpgNKAMBE.jpgELAK OKU.jpgBANWA2.jpgDOULA CENTRE.jpgBOKITO.jpgNDOM.jpgNDIKINIMEKI.jpgMAMDAMBA.jpgYABASSI.jpgMELONG.jpgMUYUKA.jpgNGAOUNDERE3.jpgCAMPO.jpgDJOUM.jpgBAFUT.jpgNANGA EBOKO.jpgAKO.jpgEDEA.jpgSANGMELIMA.jpgBAZOU.jpgBATIBO.jpgBIYOUHA.jpgMENGANG.jpgTIBATI.jpgNYAMBAKA.jpgBERTOUA.jpgMEIGANGA.jpgAKWAYA.jpgBARNAKE.jpgHINA.jpgBALI.jpgOKOLA.jpgBATOURI.jpgEcole + cycle complet NGAOUI 1 (2).JPGNSEM.jpgENDOM.jpgLAGDO.jpgYAOUNDE1.jpgGUIDER.jpgDZIGALAO.jpgFUNDONG.jpgYAOUNDE 4.jpgBIPINDI.jpgMENGANG2.jpgMBE.jpgPITOA.jpgMENGUEME.jpgWINA.jpgKUMBO.jpgFONFUKA.jpgNKUM.jpgBONALEA.jpgEBONE.jpgMANOKA.jpgNGAOUNDAL.jpgBAMENDA.jpgBENAKUMA.jpgTIKO.jpgPENJA.jpgFORU AWA.jpgMBOMA.jpgGAROUA 3.jpgBERTOUA2.jpgMAROUA 1.jpgNKOLAFAMBA.jpgMAYO BALEO.jpgTEKE.jpg

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30